Atlas de nuit

Édition — 17 x 25 cm — Impression numérique — Textes et graphisme : Maïte Álvarez

Remonter aux origines de la chorégraphie pour y voir une forme de cosmogonie du monde. Mettre à distance la choré de la graphie, pour comprendre ce qui les met en tension. Pour saisir la nature de l’espace entre. Cet espace n’est pas un fossé, mais un écart actif, un espace-substance, comme l’espace entre les corps qui dansent. Comme l’espace de la pensée, comme l’espace négatif entre et derrière ce texte. Comme l’espace au-delà de ce livre. L’espace entre danse et écriture est atmosphérique, il est plein d’invisible, de potentialité permanente, il est infini et élastique.
Il écrit les nuits du monde.

SISMOGRAPHIES VARIABLES

Installation performance — 2015-2018 — Concept & chorégraphie : Maïte Álvarez — Machines originales : Marisol Godard Lopera (Dessins Variables, Strasbourg 2013) — Développement : Maïte Álvarez — Performances précédentes : Maïte Álvarez, Camille Dejean, Leen Van Dommelen

Qu’est-ce qu’une image, sinon peut-être un mouvement ralenti à son extrême, jusqu’à se fossiliser dans la matière du papier ?

Les sismographies mettent en parallèle le corps humain et le corps géologique, le temps humain et le temps d’une pierre ou d’une image. Un temps presque immobile qui se révèle dans la fragilité du corps qui trace, par ou malgré lui, les variations sismiques de ses gestes variables. Un mouvement presque immobile à nos yeux et qui pourtant se révèle sur la surface du papier à mesure que le temps passe.

Chaque performeur est relié par des ficelles à une machine à dessiner suspendue au mur grâce à un système de poulies. Le changement de plan qui s’opère entre la surface du sol où évolue le performeur et la surface du mur où l’outil graphique trace, créé un décalage entre le mouvement perçu et sa traduction archivée. Dessin et mouvement deviennent les anamorphoses l’un de l’autre. Les gestes génèrent le dessin autant que les contraintes du dispositif génèrent les gestes.

  • DAN'DE_01
  • DAN'DE_02
  • DAN'DE_03
  • DAN'DE_04
Dan’dé

Édition originale — 50 ex. numérotés et signés — 24 x 33 cm — 20 affiches pliées et reliées — Impression numérique — Textes et images : Imen, Ayoub, Yasar, Lou, Christelle, Jamila, Anas, Abdelkader, Jodie, Maéva, Zina, Anouar, Brayan, Soulayman, Angéla, Guilherme, Hajar, Dalila, Marie Addi, Maïte Alvarez — Strasbourg/Paris 2013-2016

Dan’dé est un dictionnaire chorégraphique ludique qui représente, par l’intermédiaire de l’écriture et du dessin, les figures d’une danse imaginaire. Plus qu’un simple livre, c’est un objet à composition qui se manipule. Sa reliure se démonte, ses pages se déplient et ses signes se déploient dans l’espace, pour nous inviter à expérimenter chaque figure et recomposer d’infinies partitions chorégraphiques. Né d’un processus d’expérimentation autour de la retranscription graphique du mouvement, ce projet a été mené avec 18 élèves de CM1 dans le cadre du Centre de Formation des Plasticiens Intervenants (HEAR).

commander un exemplaire

Noter la danse, danser la notation

Document de recherche — 13,5 x 21 cm — 44 pages — Impression numérique — Strasbourg, 2013

Comment la notation chorégraphique engage-t-elle à la création ? Telle est la problématique posée dans ce document qui, par une analyse de l’œuvre de plusieurs artistes plasticiens et chorégraphes, cherche à révéler comment cette écriture du mouvement devient un réel processus de création. « [La notation] bouleverse, redéfinit, provoque la danse par la dimension plastique qu’elle engendre : la forme questionne l’espace, l’outil graphique questionne le geste, les procédés numériques questionnent la composition. Elle devient alors une nouvelle matière à danser. »

  • PARABOLES
  • PARABOLES
  • PARABOLES
  • PARABOLES
  • PARABOLES
Paraboles

Jeu de cartes — 8 x 13 cm — 32 cartes, 1 affiche, 1 manuel — Impression numérique, argentique & sérigraphie — Strasbourg, 2012

Paraboles est un jeu de cartes graphique et chorégraphique expérimental composé de trente symboles. Il est divisé en trois familles, matière, espace et temps que le mouvement lie intrinsèquement et simultanément entre elles. Fondé sur le principe d’une écriture visuelle symbolique, il stimule la création chorégraphique en recherchant la qualité vibratoire et sensible du mouvement. En ce sens, chaque signe a été conçu de manière à véhiculer intuitivement l’empreinte des nuances gestuelles qu’il évoque, offrant ainsi au danseur une grande liberté d’imagination et d’improvisation.

Paraboles

Performance — 10 min — 2017 — Concept, création & performance : Maïte Álvarez — Collaboration & performance pour les éditions précédentes : Amandine Chauvidan, Sarah Grandjean, Elena Carvajal

Objet à double format de publication ; jeu de cartes et performance, Paraboles, explore la potentialité d’un système d’écriture chorégraphique à travers la mise en lecture d’un corps par les cartes et des cartes par le corps. Chorégraphier c’est inscrire la matière, dans le temps, à travers l’espace. Les cartes, fondées sur une écriture chorégraphique vibratoire, se déploient, se déplient, s’élaborent comme stratagèmes à danser. Elles sont nos partitions. Entrer dans la lecture d’une image c’est ouvrir un espace, parfois mental, parfois sensible, un espace entre. Entre soi et les cartes, entre soi et l’autre. C’est construire une relation à l’autre.

[Danségraphie]

Affiches — 29,7 x 42 cm — Série de 5 affiches — Impression numérique — Photographies : Wolfgang von Wangenheim, d’après le travail chorégraphique de Germaine Acogny — Strasbourg, 2011

Puisant dans les racines ancestrales et sacrées de la danse, cette série de compositions graphiques est une ébauche primitive d’écriture du geste. Cette mise en forme des codes et symboles véhiculés par les mouvements du corps dans un espace empreint de rituels et de traditions, cherche à raviver les liens entre le matériel et le spirituel, le visible et l’invisible, le réel et le magique.

Saturation

Performance — 30 min — Animations sur MAX/MSP — Texte, narration et chorégraphie : Alan Payon, Frédéric Touchard — Alain Blesing — Dunkerque, 2014

Saturation est l’œuvre non achevée de quatre artistes en résidence qui décident d’unir leurs pratiques pour inventer une nouvelle forme, mouvante et performative, autour du texte, du corps, du graphisme et de la musique improvisée. Comment nait le désir de créer, coûte que coûte, l’enjeu et la matière à partir de cette rencontre fortuite ?